Du Backs Décolleté DosDress Robe Meilleures 7 Images Tableau mN8nyw0vO

tabac-info-service.fr

Du Backs Décolleté DosDress Robe Meilleures 7 Images Tableau mN8nyw0vO

Quand on sait, c'est plus facile d'arrêter

Actualités
Santé publique France

Toutes les actualités

Tabac

màj 23-09-2014

Les données exploitées dans cette partie sont principalement issues du Baromètre santé 2010 de l'Inpes, dont la grande taille d’échantillon (plus de 27 000 individus) et la vocation de représentativité (de par sa méthodologie aléatoire) permettent d’étudier les évolutions du tabagisme non seulement sur l’ensemble de la population mais aussi sur des tranches d’âge détaillées ou des segments particuliers de population.


Le Baromètre santé 2010  a montré une augmentation récente du tabagisme en France, alors que celui-ci était en baisse depuis plus de vingt ans. L’ensemble des résultats s’avère néanmoins contrasté : la proportion des fumeurs de plus de 10 cigarettes par jour est en baisse, tandis que la proportion des fumeurs quotidiens apparaît en augmentation par rapport à 2005, en particulier chez les femmes âgées de 45 à 64 ans. Cette hausse du tabagisme s’explique à la fois par le fait que les femmes de cette génération ont été les premières à rentrer véritablement dans le tabagisme, et par le fait qu’elles arrêtent de fumer moins souvent que leurs aînées. D’autre part, le contexte de lutte contre le tabagisme est apparu plus centré sur le tabagisme passif qu’entre 2000 et 2005, période caractérisée par de fortes hausses des prix. Toutefois, l’interdiction de fumer dans les lieux à usage collectif, et notamment sur les lieux de travail (en 2007), a pu contribuer à la diminution du nombre de cigarettes fumées quotidiennement par les fumeurs.

Les grandes tendances de la consommation

Un fumeur quotidien (ou « régulier ») est une personne qui déclare fumer tous les jours ou fumer au moins 1 cigarette par jour. Le fumeur occasionnel est quant à lui une personne qui fume moins d'une cigarette par jour.

Les mesures d'interdiction de fumer dans les lieux publics entrées en vigueur successivement en février 2007 et janvier 2008, si elles présentent un intérêt majeur contre le tabagisme passif, n’ont pas eu en France de réel effet sur la prévalence tabagique. La hausse des ventes entre 2008 et 2009 semble par ailleurs corroborer la reprise du tabagisme illustrée par les données du Baromètre santé 2010, et ce malgré le remboursement des substituts nicotiniques à hauteur de 50 euros par an et par personne depuis février 2007. Les ventes de tabac sont néanmoins en baisse depuis 2011, et de manière plus marquée depuis 20131. Cette tendance sera à confirmer par les données de prévalence issues d’une enquête réalisée en 2014 par l’INPES et dont les résultats seront bientôt disponibles.

Si l’on resitue cette évolution récente dans un plus long terme, on constate que c’est la première hausse véritablement significative du tabagisme depuis la loi Évin. Il faut toutefois souligner qu’elle s’accompagne d’une baisse du nombre moyen de cigarettes consommées par les fumeurs réguliers, conséquence d’une diminution de la proportion de gros fumeurs chez les hommes comme chez les femmes, probablement en lien avec l’interdiction de fumer dans les lieux publics, notamment sur le lieu de travail.

La mise en place depuis avril 2011 des avertissements sanitaires s’appuyant sur des images chocs ), mesure qui a montré son efficacité outre-Atlantique sur les perceptions relatives à ces avertissements2 3 pourrait contribuer à enrayer cette hausse, même si des études récentes ont montré que l’effet du contexte national sur l’efficacité de telles mesures était particulièrement important.4

Des hommes plus fumeurs que les femmes, mais un écart qui se resserre

En 2010, l’expérimentation du tabac (en avoir fumé au moins une fois au cours de sa vie) concerne 81 % des hommes et 67 % des femmes de 15 à 85 ans. Sur cette même population, environ un tiers des individus se déclarent actuellement fumeurs de tabac, soit 27 % de fumeurs quotidiens et 4 % de fumeurs occasionnels. Les hommes restent encore plus souvent fumeurs de tabac que les femmes (36 % vs 28 % des 15-85 ans). La consommation quotidienne touche pour sa part 31 % des hommes et 24 % des femmes. Cependant, l’écart entre hommes et femmes semble se resserrer.

La baisse du tabagisme observée chez les hommes depuis les années 1970 semble désormais enrayée

La prévalence du tabagisme chez les hommes diminue depuis les années 70. Cependant, entre 2005 et 2010, la part de fumeurs quotidiens est restée stable chez les hommes. Chez les hommes, deux phénomènes se conjuguent pour favoriser la baisse de la prévalence observée au moins jusqu’en 2000 :

Toutefois, depuis 2005, la part de fumeurs quotidiens stagne si on considère l’ensemble des hommes de 15-75 ans.

Une hausse de la prévalence du tabagisme féminin notamment chez les femmes âgées de 45 à 64 ans

Le tabagisme régulier féminin a véritablement démarré dans les années 60 et 70 (environ une femme sur 10 fumait en 1960, une sur 5 en 1980) et sa prévalence a augmenté jusqu’au début des années 90 (27% en 1992). Sur 100 fumeurs, la proportion de femmes n'a cessé d'augmenter entre 1974 et 1998 : 33 femmes pour 67 hommes en 1974, 44 femmes pour 56 hommes en 1998. Depuis lors, cette proportion s'est stabilisée (46 pour 54 en 2010).   
Si, entre 2000 et 2005, la prévalence du tabagisme régulier chez les femmes a connu une forte inflexion (les femmes fumeuses régulières de 15 à 75 ans étant passées de 27 % à 23 %), les nouvelles données démontrent une reprise de la hausse de la prévalence sur cette population (26% en 2010). Cette évolution s’accompagne des constats suivants :

  • La hausse est particulièrement forte chez les femmes âgées de 45 à 64 ans (augmentation de l’ordre de 7 points sur cette tranche d’âge) et résulte probablement avant tout d’un effet génération : elle correspond au fait qu’un nombre important de femmes de ces générations, qui se distinguent particulièrement de la génération précédente en termes de tabagisme (plus de 60 % des femmes nées entre 1936 et 1945 n’ont jamais fumé contre 50 % de celles nées entre 1946 et 1955), ne sont pas sorties du tabagisme. D’autre part, certaines femmes ont pu recommencer à fumer entre 2005 et 2010 alors qu’elles ne fumaient plus, comme le corrobore la comparaison des prévalences par tranches d’âge quinquennales entre les deux enquêtes (qui sont espacées de cinq ans). Pour les femmes nées entre 1956 et 1960, la prévalence du tabagisme quotidien s’avère en effet plus élevée en 2010 qu’en 2005, ce qui s’explique en partie par le fait que le tabagisme occasionnel ne concerne que 2,7 % d’entre elles en 2010 alors qu’il était de 4,6 % en 2005. Du 22 Meilleures Tableau Plage A Images La Yy6bf7g
    Prévalence du tabagisme quotidien chez les femmes nées entre 1946 et 1965Du Backs Décolleté DosDress Robe Meilleures 7 Images Tableau mN8nyw0vO
      1946-1950 1951-1955 1956-1960 1961-1965
    2005 10,6% 19,4% 24,1% 29,9%
    2010 12,4% 18,4% 28,5% 30,1%
    Données issues du Baromètre santé 2010
  • La prévalence du tabagisme quotidien au cours de la grossesse concerne, en 2010, 24 % des femmes enceintes. Ce chiffre s’avère stable entre 2005 et 2010, ce qui, dans un contexte général de hausse, est un signe plutôt positif. Il faut néanmoins garder une certaine prudence dans sa lecture, dans la mesure où les effectifs interrogés sont relativement faibles (225 femmes enceintes en 2005 et 284 en 2010).
  • On constate également une hausse chez les jeunes femmes, certes moins importante mais non négligeable : la prévalence du tabagisme quotidien chez les femmes de 20-34 ans est ainsi passée de 34% en 2005 à 37% en 2010.

Des entrées dans la consommation de plus en plus précoces sur le long terme, mais une tendance qui s’inverse ces dernières années

Cette évolution est particulièrement notable chez les femmes : les femmes nées entre 1930 et 1940 fumaient leur première cigarette à 22 ans, celles nées entre 1941 et 1950 à 19 ans, celles nées entre 1951 et 1960 à 17 ans, celles nées entre 1961 et 1979 à 16 ans, et celles nées entre 1980 et 1985 à 15 ans. De plus, alors que 7 ans séparaient l'âge de la première cigarette et le passage au tabagisme régulier chez les femmes nées entre 1930 et 1940, l'écart s'est progressivement réduit, et le tabagisme régulier suit maintenant l'initiation de moins de deux ans.By Robe N Naf Tunique Vetements Femme 2240000126 Fleurie Lcq54A3Rj
Chez les hommes, qui ont toujours commencé beaucoup plus tôt, la progression de la précocité est moins spectaculaire : les hommes nés entre 1930 et 1940 fumaient la première cigarette à 17 ans et entraient dans le tabagisme régulier à 21 ans. L'âge d'initiation est passé à 15 ans pour les hommes nés entre 1980 et 1985 et, comme pour les femmes, le passage au tabagisme régulier intervient en moyenne deux après. Il faut donc noter que les femmes commencent à fumer aussi tôt que les hommes actuellement5.
Cependant, ce rajeunissement de l’expérimentation du tabac est à nuancer par les dernières données issues des Baromètres santé. Ainsi, si on s’intéresse aux expérimentations survenues dans les 5 ans précédant chacun des Baromètres santé 2005 et 2010 pour les 15-25 ans, l’âge de l’expérimentation de tabac apparaît en augmentation. Par exemple, les 15-25 ans ayant expérimenté le tabac entre 2000 et 2005 étaient 40,8 % à l’avoir fait à 14 ans contre 31,0 % entre 2005 et 2010. L’âge moyen des expérimentations récentes de tabac des 15-25 ans est ainsi passé de 15,2 ans pour la période 2000-2005 à 15,6 ans pour la période 2005-2010.
De même, les données de la dernière enquête Escapad menée en 2011 auprès des jeunes de 17 ans montrent un recul de l’âge d’expérimentation au tabac parmi les jeunes ayant déjà fumé, de 13,4 ans en 2005 et 13,6 ans en 2008 à 14,1 ans en 2011 (l’enquête déclarative Escapad consiste en un questionnaire proposé à l'ensemble des jeunes présents lors d'une Journée Défense et Citoyenneté, ex-Journée d'appel de préparation à la défense - JAPD). Elle renseigne sur les niveaux d'usage et les évolutions en termes de produits et de modalités de consommation sur la population des jeunes âgés de 17 ans. La dernière enquête publiée a été menée en 2011).

La consommation de tabac diminue avec l’avancée en âge

La proportion d’usagers actuels de tabac diminue fortement avec l’âge à partir de 30 ans, et en particulier au-delà de 50 ans. Cette diminution s’observe pour les deux sexes, mais avec une intensité différente, traduisant sans doute, en plus de l’effet âge, un effet génération déjà observé dans les exercices précédents des Baromètres santé. On retrouve, comme en 2005, un écart absolu relativement important entre hommes et femmes à 26-34 ans, probablement lié en partie aux grossesses et à la présence d’enfants en bas âge au sein des foyers qui sont des opportunités d’abandonner le tabagisme qui concernent davantage les femmes.

Du Backs Décolleté DosDress Robe Meilleures 7 Images Tableau mN8nyw0vO

Proportions de fumeurs quotidiens de tabac en 2010, suivant l’âge et le sexe
(Source : Baromètre santé 2010, Inpes)

En revanche, la quantité de tabac fumée quotidiennement par les fumeurs diminue

Of Wearing Too Blousesand Celebrities Satin Other Pictures Kc3uT15lFJ

Le nombre moyen de cigarettes fumées (Pour cet indicateur, la règle de conversion suivante a été utilisée : 1 cigarette à rouler = 1 cigarette, 1 cigare ou 1 cigarillo = 2 cigarettes, 1 pipe = 5 cigarettes.) quotidiennement parmi les fumeurs réguliers semble avoir légèrement diminué, passant de 15,1 cigarettes par jour en 2005 à 13,6 en 2010. Chez les hommes, le nombre de cigarettes fumées quotidiennement est passé de 16,3 à 14,8 et chez les femmes de 13,5 à 12,3. La proportion de fumeurs de plus de dix cigarettes est ainsi passée de 72 % en 2005 à 68 % en 2010 (de 76 % à 72 % chez les hommes, et de 68 % à 64 % chez les femmes).

Cette diminution pourrait être due à la mise en place de l’interdiction de fumer dans les lieux publics en 2007 et 2008, et notamment l’interdiction de fumer sur le lieu de travail. Par ailleurs, parmi ces mêmes fumeurs réguliers, 69 % ont déclaré avoir déjà arrêté de fumer volontairement au moins une semaine, sans différence notable entre hommes (69 %) et femmes (70 %), dont 25% déclarent avoir essayé d’arrêter de fumer dans l’année, plus souvent les hommes (27%) que les femmes (23%).

Un creusement des inégalités sociales face au tabagisme

Au regard des évolutions par niveau d’éducation et catégories sociales, les inégalités sociales face au tabagisme semblent se creuser, ou à tout le moins se maintenir. En effet, si l'analyse des relations entre tabagisme et caractéristiques sociodémographiques doit être interprétée avec prudence (Baromètre 2000, CFES), deux points importants entre 2005 et 2010 doivent cependant être soulignés :

  • Les plus diplômés sont moins souvent fumeurs : la prévalence du tabagisme quotidien a ainsi augmenté parmi les personnes sans diplôme entre 2005 et 2010 (de 30% à 34%) et les diplômés de niveau inférieur au bac (de 27% à 30%), alors qu’elle est plutôt restée stable parmi les diplômés de niveau bac (de 28% à 30%, non significatif) et les diplômés de niveau supérieur au bac (de 24% à 23%, non significatif).
  • Le tabagisme est plus important chez les chômeurs. Concernant le statut d’activité, les chômeurs présentent la hausse la plus forte entre 2005 (44 % de fumeurs quotidiens) et 2010 (51 %). Les actifs occupés apparaissent, eux, en légère hausse (33 % vs 31 %), tandis que les étudiants présentent un tabagisme stable à 24 %. Dans cette dernière population des étudiants, le tabagisme occasionnel atteint cependant entre 8% et 9 % en 2005 comme en 2010. Parmi les actifs, alors que le tabagisme quotidien a fortement augmenté chez les employés, population très féminine (de 31% à 36%), et chez les agriculteurs (de 15% à 20%), il a augmenté de manière moins nette chez les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (de 37% à 40%) et les ouvriers (de 44% à 47%), alors qu’il est resté assez stable chez les professions intermédiaires (de 29% à 30%) et chez les cadres (de 26 % à 25 %).

Alors que la politique de lutte contre le tabagisme a connu des succès remarquables depuis les années 1970 pour les hommes et les années 1990 pour les femmes, au moins jusqu’en 2005, cette amélioration globale s’est néanmoins traduite par des différences notables pour certaines populations, en particulier celles confrontées à la précarité financière et sociale. Dans les études précédentes, la situation de chômage constituait, parmi les variables étudiées, le principal frein à l’arrêt du tabac. Le niveau de diplôme ainsi que la PCS sont également associés au tabagisme, dans le sens d’une prévalence plus élevée parmi les catégories les moins favorisées.

Sauf à mettre en œuvre des dispositions particulières envers les populations précarisées, l’intensification de la lutte anti-tabac est susceptible d’entraîner un accroissement de la différenciation sociale du tabagisme (Pampel, 2003 ; Peretti-Watel et al., 2007), en particulier parce que les fumeurs les plus précaires semblent avoir plus de difficultés à arrêter de fumer (Remier et al.

, 2004 ; Jefferis et al., 2004). Cela a été le cas en France au début des années 2000 (Peretti-Watel et al., 2007). Elle pourrait s’expliquer par une moindre sensibilité aux messages préventifs dans ces milieux : les personnes peu diplômées, plus présentes dans les classes défavorisées, seraient moins aptes à comprendre l’information préventive et à faire des choix optimaux, d’autant qu’une mauvaise situation matérielle n’incite pas à se préoccuper de sa santé (un cadre s’inquiétera davantage de la nocivité du tabagisme qu’un ouvrier, car il s’attend à vivre plus longtemps, en meilleure santé et avec une meilleure retraite). Une autre explication serait que l’incapacité à se projeter dans l’avenir, qui résulte souvent d’une situation de précarité matérielle (Hoggart, 1970), est un puissant déterminant du tabagisme et d’autres conduites addictives (Becker & Murphy, 1988).

D’après les travaux menés par Patrick Peretti-Watel, cette différenciation résulterait surtout de l’adhésion à des croyances qui permettent de mettre le risque sanitaire et le discours préventif à distance (Oakes et al., 2004), croyances qui semblent plus prégnantes parmi les moins diplômés et les travailleurs manuels (Peretti-Watel et al., 2007a). Plutôt que de simplement refléter une forme d’ignorance, ces croyances peuvent s’appuyer sur une méfiance foncière à l’égard de l’autorité en général, et des autorités sanitaires en particulier, méfiance qui fait partie intégrante de la culture populaire, de même qu’une forte valorisation du présent (Hoggart, 1970 ; Douglas, 1992), alors même que la prévention suppose au contraire que les individus ciblés sont aptes à se projeter dans l’avenir.

Les personnes ayant une préférence pour le présent alliée à un pessimisme concernant leur avenir se caractérisent par un faible niveau de diplôme, une forte proportion d’ouvriers, d’employés, de bas revenus, ainsi qu’une forte prévalence tabagique (Peretti-Watel et al., 2007b). En outre, le déni du risque (penser que les antécédents familiaux ou la vie au grand air protègent des maladies dues au tabac) et les attitudes critiques à l’égard de la lutte anti-tabac (jugée contraire à la liberté individuelle, moralisatrice et cantonnée à la défense des non-fumeurs) sont plus fréquents parmi les ouvriers, les chômeurs, les personnes à faibles revenus et surtout celles qui sont peu diplômées. Ce déni et ces attitudes critiques sont aussi associés à une plus forte consommation de cigarettes (Peretti-Watel et al., 2009).

Enfin, l’usage de la cigarette permettrait aux plus précaires de gérer le stress et l’anxiété associés à leur situation. Cet usage anxiolytique serait en partie une construction des milieux populaires. Pour eux, la cigarette est considérée comme un produit de première nécessité, une ressource qui leur permet de « tenir le coup » et de tromper l’ennui. C’est parfois le seul plaisir qu’ils peuvent s’offrir, certains considèrent même cette habitude comme un « loisir bon marché » (Peretti-Watel et al., 2008).

Cependant, certaines études menées aux États-Unis et au Royaume-Uni indiquent que les tentatives d’arrêt sont aussi fréquentes chez les fumeurs pauvres que chez les autres fumeurs, mais que les succès sont beaucoup plus rares chez les plus précaires (Remier et al., 2004 ; Jefferis et al., 2004). Dans le Baromètre santé 2010, les chômeurs sont aussi nombreux que les travailleurs à avoir envie d’arrêter de fumer (57 % vs 59 %, écart non significatif). D’où l’importance de les soutenir dans leurs démarches d’arrêt (Peretti-Watel et al., 2007b).

Ces inégalités face à l'exposition à un risque majeur pour la santé nécessitent un investissement des pouvoirs publics d'autant plus important que cette situation s’ajoute à des situations sociales déjà difficiles. La hausse des prix du tabac pourrait contribuer à paupériser une minorité de fumeurs. Schématiquement, les pauvres fument plus souvent, et les fumeurs pauvres fument davantage, alors même qu’ils peuvent moins se le permettre. C’est donc pour ces fumeurs que la lutte contre le tabagisme en général, et la hausse des prix des cigarettes en particulier, peuvent être les plus bénéfiques. À condition bien sûr qu’ils arrêtent de fumer : dans le cas contraire, ce sont eux qui sont les plus pénalisés par la hausse des prix. Ce constat ne doit pas freiner la lutte antitabac, mais il conduit à souligner la nécessité de concevoir et de mettre en œuvre d’autres actions d’incitation à l’arrêt, ciblant spécifiquement les fumeurs des milieux défavorisés.

  1. Lermenier-Jeannet A., Le tabac en France : un bilan des années 2004-2014. Tendances n° 92, 2014, OFDT.
  2. Hammond D., Fong G.T., Borland R., Cummings K.M., McNeill A., Driezen P. Text and graphic warnings on cigarette packages: findings from the International Tobacco Control Four Country Study. Am J Prev Med. 2007;(32):202-9
  3. Afrique Du À Mengzhongmeng Main En 2018 Cuir Sac Autruche Sud Femmes 4qj5cLS3AR
  4. Borland R., Wilson N., Fong G.T., Hammond D., Cummings K.M., Yong H.H., et al. Impact of graphic and text warnings on cigarette packs: findings from four countries over five years. Tobacco Control. 2009;18(5):358-64
  5. Hitchman S., Mons U., Nagelhout G.E., Guignard R., McNeill A., Willemsem M., et al. Effectiveness of the European Union text-only cigarette health warnings: Findings from four countries. Eur J Public Health. 2012 Oct;22(5):693-9
  6. Peretti-Watel P., Beck F., Wilquin J.-L. Les Français et la cigarette en 2005 : un divorce pas encore consommé. In : Beck F., Guilbert P., Gautier A. (dir.) Baromètre santé 2005, Inpes, 2007 : p. 77-110
  • Accueil Tabac
  • Le produit : composition et effets sur l'organisme
  • Du Backs Décolleté DosDress Robe Meilleures 7 Images Tableau mN8nyw0vO
  • La législation
  • La consommation en France
    • Le marché du tabac
    • Les profils des fumeurs
    • Tabac et jeunes
  • Les campagnes CFES-Inpes
  • "Le tabagisme passif"
  • La cigarette électronique
  • Dossier de tabacologie
  • International Tobacco Control : résultats de l'enquête ITC France
  • Colloque « Prévention du tabagisme : agir au plus près des populations »
s U Sandales Femme Pourre Polo AssnChaussures Babi Pn0ON8wkX
  • Appel à projets Moi(s) sans tabac

Publications

  • Grand public
  • Professionnels
Images Du Meilleures 8 Patron De Tableau Robe SoireeSewing ZiuXPk

Fil RSS Actualités Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur YouTube